Neurofeedback & Neurosciences

Tout savoir sur le Neurofeedback

Moduler et former son cerveau a toujours passionné les foules, et encore plus la communauté scientifique internationale.

Le 21e siècle a connu l’essor des neurosciences et de toute la recherche relative au mystérieux fonctionnement de notre système neuronal. Encore aujourd’hui, on en sait probablement plus sur les lois qui régissent l’univers et la matière que sur la façon dont marche notre chère matière grise.

Partant de ce postulat, le neurofeedback EEG thérapeutique s’est lentement développé, au fur et à mesure des découvertes dans le domaine. Et même si on est encore très loin d’avoir appris tout ce qu’il y avait à savoir sur notre cerveau, les connaissances actuelles permettent d’utiliser ces principes pour modéliser, éduquer et adapter nos neurones.

Principe du Neurofeedback

Les techniques créées et développées dans les années 60 – et jusqu’à aujourd’hui – ont rapidement été regroupées sous le nom de Neurofeedback EEG.

Il s’agit d’un ensemble de méthodes reposant sur le savoir acquis par les neurosciences, et permettant de traiter notre cerveau via une thérapie.

Cette discipline se base sur la modélisation des cellules et l’application d’un apprentissage rigoureux et répétitif du cerveau. Il s’agit donc d’entraîner son système cérébral afin de contrôler au mieux ses réactions et son activité.

Concrètement, on place un dispositif de détection sur la tête du patient et on analyse les signaux électriques émis par le cerveau. Celui-ci va indiquer l’état mental de la personne question et donner des indications précises sur celui-ci.

Par exemple, lors d’un état d’activité intense, un signal précis est exprimé. Lors d’un état de repos, un signal différent est visible.

L’objectif est ici d’identifier les signaux et de guider le patient pour qu’il en résorbe certains et en laisse passer d’autres. Selon le problème de l’individu, cela peut aider à régler de nombreux symptômes liés au stress, à l’attention ou encore à la concentration.

Basé sur les neurosciences

Le neurofeedback puise sa source dans le domaine multidisciplinaire des neurosciences. Ce secteur est voué à analyser, étudier et comprendre le fonctionnement complexe du cerveau humain.

Le but ? Trouver des remèdes et des solutions pour contrer les nombreuses pathologies cérébrales, comme Alzheimer, l’épilepsie ou même la sclérose en plaques.

Encore beaucoup de maladies sont liées de près au système nerveux et la complexité de celui-ci n’aide pas à les comprendre.

Les neurosciences ont déjà permis d’accroître considérablement notre compréhension des mécanismes neuronaux et sont déjà très prometteuses. Le neurofeedback est directement dérivé des connaissances que nous avons accumulées sur le sujet.

Fonctionnement du neurofeedback

Des études américaines montrent que le neurofeedback agit directement sur l’appréhension du cerveau vis-à-vis des techniques qu’on lui inculque.

En clair : plus notre cerveau comprend son propre fonctionnement, plus nous le maîtrisons.

Les signaux envoyés au cerveau humain grâce à cette pratique permettent de lui indiquer la marche à suivre et, sur le long terme, des résultats peuvent apparaître. On constate par exemple que les symptômes d’une maladie peuvent diminuer simplement en apprenant au cerveau comment réguler son activité.

Même à l’âge adulte, des cellules nerveuses vont émerger et remplacer les plus défectueuses, de façon à modifier la façon profonde qu’a notre cerveau d’agir.

De manière plus concrète, le neurofeedback est constitué de tout un appareillage, aidé d’un logiciel, qui va permettre de mesurer, puis d’éduquer notre système neuronal. En lui apportant les réponses à ses questions lorsqu’un événement précis intervient, le cerveau va comprendre cette donnée et l’appliquer lorsque ce même événement arrivera à nouveau.

On peut par exemple pousser celui-ci à inhiber la douleur, à réguler son taux de stress ou à résorber certaines maladies. Les fonctions cérébrales étant particulièrement lentes dans leur évolution, il est toutefois nécessaire d’appliquer ce genre de stratégies sur le long terme, et avec un suivi régulier.

Avantages & bienfaits sur le cerveau

Discipline encore beaucoup trop peu utilisée en France, le neurofeedback a pourtant déjà démontré de nombreux bienfaits.

Nous pouvons par exemple citer la gestion totale et absolue du stress au quotidien. Et même si cela peut ressembler à de la relaxation, il n’en est rien.

Un entraînement cérébral fréquent permet d’adopter une nouvelle posture pour son cerveau, afin que celui-ci apprenne et incorpore dans son fonctionnement la gestion parfaite du stress.

Des tests ont pu montrer qu’en pratiquant régulièrement des séances de neurofeedback, la sensation d’anxiété était moins fréquente et surtout beaucoup plus contrôlable par l’individu testé.

Ce serait aussi un puissant moyen de lutter contre l’insomnie ou le mauvais sommeil. En détendant vos fonctions cérébrales, la technique permet de s’endormir plus rapidement et de ne pas se réveiller au moindre bruit.

Le sommeil est plus profond, et donc plus réparateur. De cette façon, les patients gagnent généralement en énergie tout au long de leurs journées.

Enfin, parce que le cerveau agit directement sur les nerfs et les muscles, une régulation par neurofeedback permettrait de réduire sa fatigue en mobilisant la musculature de façon plus intelligente. Ce serait aussi un excellent moyen de chasser les douleurs liées à la tension musculaire.

Les casques et bandeaux EEG

Les casques à ondes cérébrales – ou EEG pour électroenchéphalographes – sont la continuité directe de ce qu’apporte le neurofeedback.

L’idée est ici d’apporter tous les bienfaits de cette pratique directement à portée de main (ou plutôt de tête).

L’offre des casques et bandeaux EEG se décline sous plusieurs formes : assistance pour la méditation, processus de relaxation, aide au sommeil, etc.

Ce type d’objets fonctionne en dirigeant et en adaptant les ondes alpha ou bêta qu’ils produisent. Selon votre objectif, le casque EEG peut servir aussi bien à se concentrer qu’à apaiser ses tensions.

Leur usage est extrêmement simple : vous n’avez qu’à placer les électrodes directement sur votre crâne et à activer le mécanisme associé. Cependant, certains casques, comme le casque melomind, se posent directement sur la tête, sans autre formalité.

C’est d’ailleurs aussi le cas du Halo Sport, qui se définit comme un stimulateur cérébral, qui aide à développer la mémoire musculaire durant l’effort. D’après des tests, celui-ci pourrait vous amener à augmenter vos performances sportives de 8 % en moyenne.

Il en existe encore de toutes sortes, associés à chaque fois à une utilité très spécifique, de la relaxation à l’amélioration de la concentration, en passant par la réduction des douleurs chroniques.

Dans quels cas utiliser le neurofeedback ?

Comme nous avons pu le voir, le principe même du neurofeedback peut intervenir dans de multiples situations.

Pour lutter contre l'insomnie

Avec un puissant effet de détente sur les connexions neuronales, le neurofeedback peut très clairement vous aider à réapprendre à dormir correctement.

Les conséquences d’un sommeil médiocre sont parfois beaucoup plus importantes qu’on ne le pense : fatigue chronique, pertes de certaines capacités cognitives, mémoire défaillante, système immunitaire affaibli face aux maladies, etc.

De ce fait, si vous avez du mal à dormir ou si vous subissez régulièrement des insomnies, l’utilisation de cette pratique peut vous permettre d’instaurer un cycle de sommeil plus prolifique et de meilleure qualité.

Pour combattre l'hyperactivité

D’après certains protocoles thérapeutiques, il semblerait que le neurofeedback permettrait d’apaiser les enfants et adultes hyperactifs.

Les effets sont parfois édifiants et permettent à ceux qui souffrent d’hyperactivité de se calmer et de trouver la sérénité lors de moments de détente.

Pour améliorer ses capacités

C’est une des utilisations les plus appréciées du neurofeedback, et il ne s’agit pas nécessairement de booster ses performances sportives.

En effet, cela peut aider les entrepreneurs à être plus efficaces dans leur quotidien, ou les écrivains à se plonger totalement dans leur écrit, pour n’en faire ressortir que le meilleur. C’est, en somme, un puissant outil de concentration et d’application, qui permet d’augmenter considérablement l’intensité de ses actions.

Comment se passe une séance ?

Concrètement, voici comme se déroule une séance complète de neurofeedback :

1/ On vous place des électrodes au niveau du crâne, qui vont servir à capter et interpréter les signaux électriques qu’émet votre cerveau. Cela permet de savoir si le patient ressent une gêne, du stress, de l’apaisement ou d’autres sensations.

2/ Les signaux émis sont dirigés vers un ordinateur dont le logiciel va moduler ce qu’il reçoit. Ici, il s’agit généralement d’un logiciel dédié qui permet à la personne d’entraîner ses capacités cognitives en contrôlant directement les fonctionnalités sur l’écran. Par exemple, on pourra lui demander de faire avancer une voiture, de tourner à droite ou à gauche, de déposer des objets aux bons endroits, etc.

3/ Les thérapeutes guident ensuite le patient et contrôlent ses résultats. À force d’entraînement, les individus peuvent rapidement arriver à manipuler totalement les programmes informatiques en question et à suivre les directives émises de façon très précise.

Une fois cette étape atteinte, on considère que le cerveau s’est adapté et possède maintenant de nouvelles capacités. En les appliquant dans la réalité, cela peut apporter de nombreux bienfaits, comme ceux évoqués plus haut.

Les références scientifiques

Neurofeedback – https://rcf.fr/vie-quotidienne/vie-pratique/neurofeedback

International Society for Neurofeedback & Research (ISNR) – https://isnr.org/

Association pour la Diffusion du Neurofeedback en France – https://www.adnf.org/